Les QUATREVIEUX

Voyages en 4x4 et Astronomie

USA 2006/2007:

 Accueil 

USA, la suite ...

Pages Spéciales Écoles ici :

USA : mise à jour le 27/11/2006 : Du 13 septembre au 7 décembre 2006
2 ème partie :

 

Le temps est gris, nous venons de subir une tempête au bivouac avant d'atteindre la vallée de la mort ... Pas aussi sec que sa réputation !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous établissons notre campement sur la mine désaffectée de la reine de Shaba. Nous sommes bien dans le parc de la Death Valley, mais il est autorisé de camper à plus de 2 miles de la piste principale.

Nous y revenons tous les soirs, suite aux visites des différents sites de la vallée, pour le travail scolaire des enfants mais aussi après nos différents allers et retours à Ridgecrest pour récupérer une nouvelle transmission en poste restante. Effectivement, depuis quelques temps, nous entendons un léger bruit et nous avons un jeu important dans la transmission avant : en effet, Fabrice remarque qu'elle a été mal réalignée au dernier démontage et les cannelures ont pris un jeu très important !

 

 

 

 

 

 

Le lendemain, le temps s'améliore et nous en profitons pour visiter notre campement. La mine de Shaba est une ancienne mine de talc qui surplombe la Death Valley. Les principales constructions ont été abandonnées mais sont encore dans un état de conservation correct.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les pistes d'Alaska avec ses nombreux nids de poules ont détérioré les silentblocs des tirants de pont avant. Fabrice profite des installations existantes pour se confectionner une presse avec un simple cric hydraulique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plus grosses machines sont restées sur place.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les mineurs avaient installé leurs baraquements pour profiter pleinement de la vallée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Peut-être aussi pour oublier le côté spartiate de leur logement ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les enfants n'oublient pas leurs études. L'ancienne fondation d'une cabane facilitera grandement l'installation de la table et des fauteuils.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux voies sont possibles pour traverser la vallée de la mort, une route goudronnée, longeant la montagne ou une piste passant par le centre et les chotts.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une oasis est implantée au milieu de la Death Valley. Dans une ambiance marocaine, le village de Furnace Creek permet de se ravitailler en nourriture, eau et carburant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est ici que nous voyons notre premier Géocoucou de Californie, plus communément appelé Bip Bip ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'entrée de Furnace Creek, nous sommes accueillis par un groupe de country.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais le but de la journée est de visiter le musée des mines de talc et de borax. Un camion à vapeur garde l'entrée du musée. Il transportait le borax vers les usines de traitement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le camion à vapeur remplaça les attelages de mules.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'attelage était composé de vingt mules et tirait une masse totale de 36 tonnes. 4500 litres d'eau étaient emportés pour abreuver les animaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous découvrons le matériel employé pour extraire le minerai,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mais aussi quelques beaux exemples de diligences d'époque.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une locomotive à vapeur, fonctionnant à l'huile, clôture le musée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La visite du musée des mines terminée, nous partons découvrir la vallée de la mort. Le sud est occupé par un lac salé asséché.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa surface est recouverte d'une pellicule de sel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parfois, des sphères de sel se forment.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vallée de la mort est entourée de deux chaînes de montagnes. De nombreuses excursions s'offrent à nous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La roche s'agrémente de nombreuses variations de teintes comme sur la route d'Artist drive.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les pluies ont façonné de nombreux canyons de couleurs différentes. Le plus grand se nomme Golden Canyon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'entrée du Golden Canyon est marquée par une étrange formation géologique. Une route goudronnée et partiellement défoncée par les eaux semble reposer à l'entrée. Mais personne n'a eu l'idée saugrenue d'y installer une route. Le phénomène est totalement naturel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le canyon s'élargit,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et permet d'accéder à la cathédrale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'inclinaison des strates montre la forte activité tectonique de la Death Valley dans le passé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certains treks sont fermés au public l'été en raison de la température très élevée. Ils sont rouverts en automne. Nous pouvons ainsi découvrir Natural Bridge,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et ses fontaines asséchées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des étendues dunaires sont présentes en plusieurs endroits du parc. Celles-ci sont les plus visitées car accessibles avec une simple voiture ou en car de tourisme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le bord d'une piste, nous sommes intrigués par un panneau indiquant la direction de sources d'eaux chaudes au milieu du désert. Nous arrivons dans un premier temps sur une mine de talc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La création du parc de la Death Valley a mis un terme à l'exploitation du talc. La mine est désaffectée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Profitant de la présence de la mine et d'une source d'eaux chaudes, Louise Grantham créa en 1930 un centre d'accueil pour les mineurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une piscine fut construite et alimentée par l'eau chaude de la source les mois les plus froids.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une pièce est encore en bon état. Elle sert de refuge pour les voyageurs l'hiver.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous décidons d'y passer la nuit. Nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée. Nous y rencontrons un guide en Alaska avec son fils,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et John, photographe pour la revue National Geographic.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous passerons une excellente soirée en leur présence, mais attention, "A nos risques et périls", comme le rappelle le panneau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette araignée a élu domicile sous le livre d'or du site !!! Elle frôlera les doigts de Valérie qui rédigeait un petit mot !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous reprenons les pistes vers le nord surplombant la vallée de la mort.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les paysages sont très variés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu à l'extérieur de la Death Valley, John nous avait indiqué un village fantôme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ambiance Wertern est encore bien présente.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un ancien wagon de l'Union Pacific y est abandonné.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'étranges panneaux longent les Highways. Des personnes, familles ou employés se proposent, par oeuvre de citoyenneté, d'enlever régulièrement les ordures que les conducteurs américains jettent par la fenêtre sur deux miles!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour retourner à la vallée de la mort, nous empruntons un canyon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous y trouverons des pétroglyphes indiens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant ce temps, Vincent découvre une formation géologique miniature bien surprenante. IL la nommera l'Escalier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La canyon est très profond, notre Land semble bien petit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mécanisme tectonique de la région est provoqué par la présence de volcans. Certains ont laissé d'impressionnants cratères suite à leur explosion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous continuons notre exploration du Nord Ouest de la Death Valley.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les cactus sont très variés, certains peu accueillants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne vous fiez pas aux apparences, c'est bien un cactus !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les visiteurs ont parfois d'étranges coutumes. Sur ce panneau, chacun y dépose une théière avec un voeu à l'intérieur. Si vous avez oublié votre théière, ne vous formalisez pas trop, il suffit d'en emprunter une ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certains construisent des totems en souvenir des pièces détériorées sur cette piste cassante.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crankshaft Crossing, le croisement du vilebrequin, généreusement décoré de : Vilebrequins. Ils ont des idées ces américains !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vallée de la mort est le siège d'un phénomène étrange qui a donné beaucoup de fil à retordre aux scientifiques : la race Track Valley.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les cailloux se déplacent seuls en laissant une trace derrière eux.

En réalité, nous sommes sur un chott. Les nuits de grand froid et de fort vent, la couche superficielle du lac asséché gèle. Au matin, par le réchauffement du soleil, la couche superficiel décongèle et forme une fine couche de boue glissante. Il suffit alors d'un simple coup de vent pour déplacer les cailloux.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous prenons ensuite une piste difficile à flanc de montagne pour rejoindre la Saline Valley.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le soir venu, nous trouvons un bivouac au milieu des rochers. Ecole et récupération des photos sur l'ordinateur sont au programme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au matin, nous reprenons la piste en direction de la réserve naturelle de Saline Dry Lake.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, un moment de détente nous attend à Saline Dunes. La piste pour y accéder est si mauvaise avec une tôle ondulée profonde que les touristes y sont rares. Nous sommes seuls pour profiter pleinement de ce bac à sable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au milieu de ce désert, nous sommes attirés par de petites oasis. Ce sont des sources chaudes. La fête d'Halloween rend ses lieux très fréquentés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous y rencontrons même le propriétaire d'un vieille serie II !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous trouvons enfin un bain libre. Il faut préciser que nous sommes en fait dans un camp de naturistes uniquement accessibles en 4X4 ...

L'eau est à 40°C, un vrai régal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous reprenons la piste vers le Nord. Les difficultés s'enchaînent. Le petit bruit que nous entendions et semblant provenir de la transmission s'amplifie, mais nous savons qu'elle n'est toujours pas arrivée à la poste restante de Ridgecrest. Nous faisons abstraction de ce bruit et continuons notre parcours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, nous apercevons les Eureka Sand Dunes, les plus hautes de la Death Valley. Elles culminent à plus de 200 m.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'accès aux dunes avec un 4x4 est heureusement interdite. On peut seulement les contourner.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est toutefois possible d'y bivouaquer et de les gravir à pied. Il faut compter plus de trois heures pour atteindre le sommet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant notre séjour dans la vallée de la mort, nous rencontrons beaucoup d'animaux sauvages. Les coyotes semblent bien gentils mais farouches. Il est formellement interdit de les nourrir pour préserver l'équilibre fragile de la faune du désert.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un vautour impressionnant s'envole à notre passage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux aigles nous regardent passer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moins sympathique, une mygale velue traverse la route devant notre Land.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernière visite au point le plus bas des USA, Badwater est un lac de sel au milieu duquel une source coule.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du sel à perte de vue ...

Nous quittons le parc de la Death Valley pour rechercher notre colis à Ridgecrest. Les possibilités de visites et d'excursions sont multiples, on pourrait y rester plus d'un mois !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Malheureusement, notre colis n'est toujours pas arrivé à la poste restante de Ridgecrest. En attendant, nous partons pour le parc des séquoias.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les arbres peuvent dépasser les 100 mètres de haut et atteindre 3000 ans. Le Land est ridiculeusement petit à côté de ses géants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fois à terre, ils peuvent servir d'abris pour les bûcherons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le général Grant Tree, un des plus grands géants du parc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le soir, nous bivouaquons à 1400 et apprécions le feu de camp pour nous réchauffer. La température est nettement plus basse que dans la vallée de la mort: il gèlera même pendant la nuit.

Nous échapperons à une amende le lendemain. En effet, nous avons la visite d'un ranger venu contrôler si nous avions fait un feu la veille !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la route de retour à Ridgecrest, un couple nous aborde à une station-service et nous invite à prendre un café. Il est prof d'arts plastiques et accompagne tous les ans ses élèves en voyage à Paris.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivé à Ridgecrest, le colis n'est toujours pas arrivé. Nous apprenons le jour même qu'il a été retourné à l'envoyeur pour cause d'absence de numéro de téléphone sur l'adresse du colis et de sécurité, un comble pour une poste restante.

Nous décidons d'avoir recours à un transporteur. En trois jours, il devrait arriver à Palm Springs, la résidence d'été des stars ...

Nous arrivons à Palm Springs trois jours plus tard. Nous apprenons alors que le colis est bloqué en douane car la désignation des pièces du colis ne sont pas traduites en anglais ...

La transmission fait encore plus de bruit ...

 

 

 

 

 

 

Franchement, l'administration américaine est bien à l'image de cette plaque minéralogique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fabrice en a plein les ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à Palm Springs pour enfin récupérer notre colis.

Curiosité, la ville de Palm Springs est alimentée par un vrai champ d'éoliennes à la dimension américaine ! Nous sommes très loin dans ce domaine en France !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous retournons dans le désert pour changer la transmission.

Un fennec nous rend visite pendant la nuit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au matin, Fabrice change la transmission. Dès les premiers mètres, nous nous apercevons que le bruit est toujours présent . Nous devons nous rendre à l'évidence: c'est la boîte de transfert qui a un problème.

 

 

 

Nous parcourons moins d'un kilomètre pour sortir du bivouac et rejoindre la route, quand nous entendons un gros bruit sec sous la voiture.... Un roulement vient de céder. Les débris se sont coincés dans les pignons en cassant les dents. Le carter est déformé, la boîte de transfert est irrémédiablement détruite.

Nous aurons parcouru près de 5000 km le temps que la poste de Ridgecrest renvoie la transmission pour cause de sécurité. Sans l'intervention d'un fonctionnaire zélé, nous aurions pu diagnostiquer plus tôt et précisément l'origine du bruit et éviter autant de dégâts en vérifiant l'état de la boîte de transfert.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous roulons doucement jusqu'à la ville suivante quand Dan et Lourdes nous arrêtent un km plus loin. Ils proposent de nous tracter pendant 60 km jusqu'à leur maison de La Quinta et d'y attendre la réparation du Land: un grand merci pour leur hospitalité qui durera tout de même deux semaines!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bon, maintenant il faut réparer le véhicule au plus vite et c'est bientôt Thanksgiving.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dan nous trouve un garagiste, Marcelo. Il est originaire d'Argentine et connaît bien les Land. La plupart des garagistes refuse d'effectuer la réparation car ils ne connaissent que les véhicules américains. Le concessionnaire Land Rover de Palm Springs demandait 3000 $ de main-d'oeuvre!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En attendant la réparation, Dan et Lourdes mettent à notre disposition la salle de jeu. Les enfant dorment dans la chambre de leur fils Joseph.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous contactons Georges Graciet d'EURO4X4PARTS par e-mail et moins d'une semaine plus tard nous recevons une boîte de transfert neuve. Pourtant, c'était Thanksgiving, quelle efficacité !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous apportons avec Dan la boîte de transfert chez Marcelo, plus que quelques heures de remontage et nous pouvons repartir vers d'autres aventures cette fois-ci mexicaines.