Les QUATREVIEUX

Voyages en 4x4 et Astronomie

Mexique 2006/2007:

 

  Accueil 

Pages Spéciales Écoles ici :

Mexique : mise à jour le 11/02/2007 : Du 7 décembre 2006 au 13 janvier 2007. La vidéo ICI

A la ville frontalière avec le Mexique, nous prenons rapidement une assurance pour notre Land et nous dirigeons vers les douanes. Comme d'habitude en Amérique du Nord, les douanes de sortie de territoire n'existent pas, ainsi seule la douane mexicaine est présente. Nous parcourons 50 mètres, passons sous un portique sous l'oeil attentif des douaniers et nous retrouvons au Mexique sans avoir effectué la moindre formalité !!!

Pourtant, les guides nous précisent que nous devrions être en possession d'un permis de circuler et d'un visa touristique. Dès lors, les galères commencent... Il nous faut revenir en arrière dans la circulation anarchique de la ville au milieu des sens uniques. Deux heures nous seront ensuite necessaires pour effectuer les démarches en nous allégeant au passage de quelques 90 euros ...

Nous quittons la ville très polluée de Mexicali pour retouver les grands espaces désertiques ornés de cactus candélabres de la côte est qui longent le golfe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La faible fréquentation touristique du mois de décembre nous permet de profiter de la faune présente. Ainsi, nous surprenons de nombreux coyotes assoupis sur la piste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La piste croise des villages de pêcheurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la tombée de la nuit, une petite crique nous sert de bivouac. Nous profitons du silence et de la tranquillité quand soudain ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une horde de gros 4X4 américains nous envahit: finie la quiétude des lieux!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le soleil couché, nous admirons le lever de lune sur la mer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous prenons notre repas "chacun de son côté", selon l'habitude américaine.

Nous passons ensuite une bonne soirée à deviser avec nos compagnons improvisés autour d'un bon feu de camp et d'un verre de vin californien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au matin, nous reprenons nos pistes respectives, l'organisation vers le nord et nous vers le sud sans oublier l'échange de quelques points GPS pour découvrir les trésors cachés de la Baja.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si les journées de ce mois de décembre sont chaudes, nous apprécions la chaleur d'un bon feu de camp la nuit venue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'organisateur de l'expédition 4X4 américaine nous a donné le point GPS d'une mission désaffectée sur une piste très peu fréquentée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous y surprenons un aigle à queue rouge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et aussi un étrange insecte emplumé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais, notre gentil organisateur nous a fourni aussi les point GPS d'un canyon en nous laissant entendre qu'ils venaient d'y passer avec leurs 4X4 surchargés. Il nous a assuré qu'il n'y avait pas plus de 40 centimètres d'eau ...

Confiants, nous nous engageons dans un petit passage à gué. Le train avant passe de justesse, mais le pont arrière s'enfonce dans la vase malodorante. Même avec l'aide de notre blocage arrière, le Land ne bouge pas d'un poil !

La piste n'est pas fréquentée, la seule présence humaine se trouvant à plus 25 kilomètres n'est autre qu'une sorte de Bagdad Café au milieu du désert tenu par un unijambiste !

Il faut se rendre à l'évidence, nous ne pouvons que compter sur nous-même.

 

 

 

 

Fabrice mettra deux jours pour nous sortir de ce mauvais pas. Impossible de dormir dans le Land, on sort les tentes, on mange sur le pouce et on fait un feu pour se réchauffer. Les gamins sont super et aident beaucoup surtout Flo toujours très solide dans les situations difficiles. Seul élément agréable pour Fabrice l'eau est chaude mais puante car c'est un mélange de vase et de joncs décomposés ! Il s'y vautrera pendant plusieurs heures en caleçon...

Nous retrouvons aussi un câble de treuil sectionné dans le trou d'eau ...

 

 

 

 

 

Quelques mètres plus loin, un autre passage délicat nous donnent quelques sueurs froides.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les difficultés passées, nous arrivons dans un véritable jardin botanique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toutes les espèces de cactus semblent être représentées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous retrouvons la civilisation à Santa Rosalia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

célèbre pour son église conçue par Gustave Eiffel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toute l'église est fabriquée en fer et provient de France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lors d'un bivouac, Florence, en ramassant du bois pour le feu de camp a la surprise de découvrir cette mygale de 15 centimères.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A La Paz , le ferry étant complet , vacances de Noël obligent, nous devons attendre quelques jours de plus sur une plage. Les enfants en profitent pour avancer leurs cours du CNED.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lors du repas du soir, nous remarquons sous la table de camping ce beau scorpion: dire que nous nous promenons pieds nus!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le port, les pélicans majestueux attendent l'arrivée des nombreux pêcheurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous abordons le continent pour retrouver les routes à péage. Nous serons dans l'obligation de payer des voies de communication en très mauvais état malgré le panneau nous notifiant qu'elle était gratuite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Mexique possède aussi une ville du style "Las vegas". Nous n'avons pas pu résister à photographier cette belle Tour Eiffel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un bivouac bruyant en surplomb de la route au milieu des arbres nous donne l'occasion d'admirer ce beau spécimen d'araignée multicolore.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous traversons de petits villages typiques disposant d'église de style colonial.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'approche de Noël nous permet d'admirer de grandes crèches.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous garons notre Land sur la place pour pouvoir les visiter tranquillement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une piste pavée de plusieurs km nous conduit à ce village aux couleurs chatoyantes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous traversons le centre du pays en prenant le temps de visiter ce parc où l'érosion a façonné d'étranges ruines.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre route passe par la ville coloniale de Zacatecas qui abrite les ruines de La Quemada, notre premier site aztèque. Nous profitons totalement de la quiétude de ces lieux sachant que nous sommes les seuls touristes à l'horizon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les marches de géant nécessitent une petite pause.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les ruines sont relativement en bon état. Cette forteresse constituait une cité d'importance non négligeable et rivalisait avec Teotihuacan.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des fouilles archéologiques ont mis à jour de superbes bijoux d'époque.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous émerveillons devant la précision et l'état de conservation des objets.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grâce aux nombreux os trouvés sous les pierres, ils ont pu reconstituer le faciès d'un aztèque. Les demoiselles jugeront de la beauté du spécimen !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La veille de Noël, nous nous installons en contrebas de la route dissimulés par la végétation abondante, les cactus nous servant de sapins de Noël: original !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous longeons la côte Atlantique et évoluons dans un décor de forêt tropicale. Difficile de trouver un bivouac dans cette végétation abondante !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous réveillons ainsi entre deux couches de nuages.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les villages de montagne mettent à rude épreuve la mécanique. En effet, les mexicains sont les champions des topes c'est-à-dire des dos d'âne qu'ils positionnent un peu partout même sur des pistes en mauvais état: il fallait y penser !!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous rejoignons la périphérie de Mexico pour visiter le site de Teotihuacan, important centre aztèque. Les pyramides sont gigantesques et nous pouvons admirer en face celle de la Lune. Malheureusement, la fréquentation touristique de ces lieux ne permet pas de jouir pleinement de ce site.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les files ininterrompues de touristes grimpent au sommet de la pyramide du Soleil saluée par l'apparition de la Lune.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un détail d'une pyramide nous prouve l'importance de la décoration sur ces bâtiments religieux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le musée nous présente plusieurs statues richement décorées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Celui-ci servait de brasero.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous éloignons de la capitale polluée et avons l'agréable surprise de voir le volcan Popocatepen crachant quelques fumerolles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous surprenons une tranche de vie des mexicains: ici, une femme fait sa vaisselle à la mode mexicaine c'est-à-dire à l'extérieur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les topes et autres trous d'autruche ont mis à rude épreuve nos pneus et nous crevons quatre fois de suite en moins d'une semaine. Fabrice est alors obligé de réparer sur le bord de la route. Les mexicains très serviables regardent l'opération avec attention sans évidemment se salir les mains et vont se coucher au bout d'une heure fatigués par leur observation !!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certaines habitations sont très rustiques et ne comportent que des toits de chaume.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous rejoignons le sud du Mexique où la végétation tropicale est omniprésente.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les couleurs sont naturelles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous choisissons de visiter le site Maya de Palenque dans les Chiapas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus éloigné des circuits touristiques traditionnels, Palenque nous dévoile ses merveilles dans le calme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La jungle a envahi les différents édifices.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une grande place réunit la majorité des pyramides.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous grimpons au sommet de l'une d'elles pour avoir une vue d'ensemble.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous les bâtiments ont été construits en surplomb de la forêt vierge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques vendeurs de bracelets...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous rejoignons notre véhicule après avoir fait une petite promenade au milieu de la jungle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un petit détour aux sources d'Agua Azul s'impose.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous montons sur le promontoire pour admirer ce petit joyau au milieu de la jungle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les arbres tombés dans la rivière se pétrifient très rapidement au contact de l'eau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous ne manquons pas d'admirer l'habileté de ses petite filles pour faire tenir leur récipient sur la tête.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et cette femme porte la tenue traditionnelle des Chiapas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la fin, un petit bain dans ces sources nous rafraîchit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De bon matin, l'heure est propice à l'observation de la faune locale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes en territoire Zapatiste et ce panneau nous le rappelle si nous l'avions oublié.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant de quitter le territoire mexicain, nous nous rendons à une réserve de biosphère où se cachent les ruines de Calakmul.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site a été dégagé avec précaution et ils ont préservé son écrin de verdure. Vincent en profite pour faire de la balançoire avec les lianes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Très peu de visiteurs, donc beaucoup de faune... Localisez cet insecte bien dissimulé ! Pourtant, il fait plus de 10 cm !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Encore un petit lézard...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos premiers singes araignées avec bébé sur le dos !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette fois-ci, des singes noirs bien agrippés aux branches...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui observe qui ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les bâtiments se devinent au milieu de la végétation tropicale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est fini la promenade tranquille, il faut maintenant songer à escalader une de ses pyramides.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais, quelle récompense à son sommet !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les dindes sauvages nous accueuillent à la sortie. Nous campons avec les gardes du parc et pourrons vérifier que ces volatiles dorment au sommet des arbres !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre périple au Mexique s'achève mais nous ne voulons pas le quitter avant d'avoir fait un petit tour sur la mer des Caraïbes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eh, oui, c'est une carte postale! Ou tout simplement notre bivouac du soir. L'eau est à plus de 30°C ! Cela vous fait rêver. Tout ça, pour nous tous seuls, on pourrait se prendre pour Robinson !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vincent s'y croit ! Il nous déniche une noix de coco au sommet du palmier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et construit une cabane avec les branches de palmier. Un vrai Vincent Crusoë !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le bivouac !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce crabe nous rend visite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce boa de deux mètres nous rappelle la danger de la jungle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous les bivouacs ne font pas rêver et nous passons notre dernière nuit à la frontière du Mexique avec le Belize sur une station-service: un peu bruyant !