Les QUATREVIEUX

Voyages en 4x4 et Astronomie

Le Chauffage

 Accueil 

Mes conseils de choix et montage d'un Chauffage autonome, fonctionnant avec le carburant du véhicule.

 

J'ai utilisé mon expérience pour établir ce résumé mais aussi celle de propriétaires d'autres modèles.

Chauffage à eau ou à air ?

- Le chauffage à air, plus simple d'installation, chauffe uniquement l'air de l'habitacle. Si sa prise d'air est externe, il permet de renouveler l'air. Des chauffe-eaux spécifiques, reliés au chauffage permettent d'obtenir de l'eau chaude en ½ heure. La régulation de température se fait par l'intermédiaire d'un thermostat qui coupe le chauffage quand la température est atteinte (un commutateur permet de sélectionner la puissance du chauffage en fonction des besoins pour éviter de chauffer trop brutalement).
Avantage : Facilité de montage. Permet de chauffer rapidement l'habitacle. Peut chauffer de l'eau.
Inconvénient : Ne chauffe pas le moteur. Régulation de température aléatoire (on a chaud puis froid, car la puissance de chauffe est élevée et le cycle de démarrage long). Consommation électrique élevée.

- Le chauffage à eau se monte sur le circuit de refroidissement du moteur.

Il chauffe le moteur permettant des démarrages à chaud, avec une réduction de l'usure du moteur. Il peut utiliser le système d'aération d'origine du véhicule. Cette solution est simple mais le système de ventilation d'origine est bruyant et fort consommateur de courant (jusqu'à 10A). Il faut donc monter des aérothermes

pour réduire la consommation électrique (1 à 2 A pour un aérotherme de 2000 w). Un système de vanne (voir schéma de montage) peut permettre d'envoyer l'eau chaude de la chaudière uniquement vers le moteur ou vers l'habitacle (pour réduire les pertes thermiques). La régulation de température se fait uniquement par un thermostat qui pilote les ventilateurs des aérothermes.

Il ne faut surtout pas brancher le thermostat sur la chaudière. Dès que la température est atteinte, le ventilateur s'arrête, mais l'eau chaude circule encore. Ainsi le radiateur fonctionne par convection naturelle et continue à chauffer doucement l'habitacle pour compenser les pertes thermiques. Dès que la température chute, le ventilateur se remet en marche et diffuse instantanément la chaleur. Au niveau du contrôle de la température d'eau de la chaudière, c'est celle-ci qui la pilote. Le système de gestion électronique maintien l'eau à une température de 80°C et régule l'injection de carburant pour éviter la surchauffe. En cas de surchauffe, la chaudière s'arrête pour redémarrer automatiquement plus tard.
Avantage : Préchauffage du moteur pour faciliter les démarrages, réduit l'usure du moteur et la pollution. Bonne régulation de température. Faible consommation électrique. Permet de chauffer l'habitacle en récupérant les calories du moteur en roulant. La pompe de la chaudière peut provisoirement remplacer celle du moteur en cas de casse de la courroie de la pompe à eau moteur (vécu en Finlande!).
Inconvénient : Montage plus difficile. Augmentation des risques de fuite d'eau.

La puissance : 4000 w suffisent pour chauffer l'habitacle d'une voiture ou d'un fourgon, mais peut-être pas pour un car (si, si, certains aménagent des cars …). Pour les systèmes à eau qui permettent de chauffer le moteur, 4000 w suffisent pour un 2.5 litres, mais pour un 4.2 litres, il vaut mieux passer sur du 5000 w, car il y a de la masse à chauffer et les pertes thermiques sont nombreuses. Pour un chauffage de 4000W, la consommation est d'environ 25 à 50 cl/ heure, donc faible.

Webasto ou Eberspächer ? Je joins un échange de mail avec une personne qui voulait monter un Webasto sur son véhicule :
" Pour Webasto, j'ai eu le directeur technique qui n'a pas évité le sujet: Le fonctionnement de leur chaudière est en fait garanti jusqu'à 500m ! (Normalement testée sans problèmes jusqu'à 1500m, mais ils ne garantissent pas). Confirment qu'au bout de quelques jours (mais sans donner de chiffres) à une altitude plus élevée, le fonctionnement devient problématique. Il précise aussi qu'un retour à la normale ne serait pas assuré par un retour à basse altitude et pourrait nécessiter une maintenance lourde y compris remplacement du brûleur. Eberspacher (responsable commercial): Ont les mêmes problèmes en haute altitude, mais garantissent le fonctionnement jusqu'à 1500m du modèle standard. Ensuite ils proposent un kit (qui n'est en fait qu'une 2ème pompe gasoil réglée pour l'altitude et sur laquelle on peut passer par un simple interrupteur). Webasto ne pourrait développer la même solution par absence de maîtrise dans le temps de la vitesse de rotation de la turbine. "
Pour les chaudières à eau, Eberspächer dispose de 3 allures de chauffe, plus économique que les 2 allures de Webasto. Donc, maintenant, je conseille Eberspächer.

Pour ma part, j'ai monté un Eberspächer D4WSC, donc à eau et GO. Le kit est livré complet (tuyaux, adaptateurs, raccord, électricité, visserie). Il faut juste quelques outils. J'ai installé le kit haute altitude. C'est suffisant pour un moteur de 2.5 litres et un habitacle de 110 (ou 130) plus une tente de toit. Il est fixé sur le boîtier de chauffage d'origine du Land. L'un des raccords en T permet de piquer le GO avant la pompe de gavage du moteur. Je conseille de monter un petit filtre avant la chaudière. Une vanne envoie l'eau vers l'habitacle ou le moteur. La vanne est logée sous la trappe de l'aile avant gauche.

Je peux préchauffer le moteur uniquement (et réduire l'usure au démarrage) ou envoyer l'eau pour chauffer l'habitacle (ou les deux). Dans la benne, j'ai installé deux aérothermes, un pour chauffer l'habitacle, l'autre pour chauffer la tente de toit (via un tuyau de 75 mm isolé thermiquement).

Un petit ventilateur, basse consommation, envoit l'air chaud. Les ventilateurs sont pilotés par des thermostats qui régulent la température, un pour l'habitacle, l'autre pour la tente de toit. Quand le thermostat coupe le ventilo, l'aérotherme diffuse une douce chaleur par convection, ce qui régule bien la température de la benne.
La chaudière dispose de 3 allures de chauffe. La marche maxi sert à chauffer le moteur, la deuxième vitesse sert à chauffer l'habitacle et la plus petite sert quand les ventilateurs sont coupés.

Avec une batterie de 100Ah, le frigo à compresseur et l'éclairage pour le bivouac, nous tenons sans problème 12 heures avec le chauffage en marche continue. Nous avons testé le chauffage toute une nuit en Iran à 3300 m d'altitude, sans problème. Conseils de montage : Il ne faut pas monter le piquage du GO après le filtre à GO du moteur. Le circuit est sous pression et peut affecter le fonctionnement du chauffage (risque d'envoyer du GO dans le chauffage à travers la pompe, même à l'arrêt du chauffage). La pompe est incorporée au chauffage. Elle est sous le capot en plastique fixé avec 3 vis.
Dans mon montage, les aérothermes sont indépendants du chauffage d'origine. Si je me mets en position préchauffage du moteur, c'est le radiateur d'origine qui chauffe l'habitacle. Si je ne chauffe que l'habitacle, ce n'est (en théorie) que les aérothermes qui chauffent. En position intermédiaire de la vanne tous les radiateurs chauffent (avec la pompe de l'Eberspächer en marche). J'ai trouvé les tuyaux d'eau chez Destinéa. Il est vendu au mètre et n'est pas trop cher (prévoir 11 mètres pour un 110, les aérothermes sont montés au niveau des sièges arrières). Par contre, si les aérothermes sont montés plus haut que le vase d'expansion, il suffit de monter un raccord en T sur la petite durit qui va du radiateur moteur vers le vase. Avec une autre durit et un entonnoir, on peut faire le plein d'eau avec un niveau plus haut que les aérothermes (il y a des purges sur les aérothermes). Malgré ce montage, on peut toujours contrôler le niveau d'eau du vase sans craindre de perdre l'eau des aérothermes. Il n'est pas nécessaire de rajouter un autre vase d'expansion. Mais le volume est limite. Il faut souvent vérifier le niveau d'eau en cas de petite fuite.
Il faut veiller à garder la vis de purge de la chaudière en haut, donc on peut le monter verticalement avec les tuyaux d'eau dirigés vers le bas, ou couchés (avec la face visible sur les photos en haut). Cela laisse pas mal de possibilités de montage. Pour la purge (si la chaudière est reliée au moteur), le plus facile étant de faire tourner le moteur, l'arrêter et de finir de purger à l'aide de la vis de purge sur la chaudière en cours de fonctionnement. ATTENTION, si la chaudière est mal purgée elle va s'arrêter par sécurité pour cause de surchauffe. Mais APRES 3 SURCHAUFFES D'AFFILEE, la chaudière se bloque en sécurité et il faut retourner chez le marchand pour le déverrouiller. (Mais parait-il qu'il suffit de débrancher l'alimentation électrique pendant 5 minutes !!!).
Si la chaudière est montée sur le circuit d'eau du moteur, il n'y a pas de problème de circulation de l'eau avec la pompe à eau du moteur. C'est une pompe centrifuge, donc avec peu de perte de charge, une valve anti-retour est livrée avec la chaudière pour réduire la perte de charge. En Finlande, j'ai cassé la courroie de pompe à eau, et j'ai roulé 20/30 km avec la chaudière en marche, pour faire circuler l'eau. Le moteur n'a pas chauffé, et pourtant il faisait 30°C.

L'Eberspächer permet d'utiliser le radiateur de chauffage d'origine du Land. Dès que l'eau est assez chaude, il met automatiquement le ventilateur de chauffage en route (si on a bien positionné la commande du ventilateur sur la première ou deuxième vitesse). Si on dispose d'une batterie auxiliaire, le ventilateur est alimenté par cette batterie à l'arrêt et par la batterie principale en roulant.