Les QUATREVIEUX

Voyages en 4x4 et Astronomie

Canada Alaska 2006/2007:

 Accueil 

Après trois ans de préparation intensive, nous abordons le continent américain par le Canada, puis nous prenons la direction de l'Alaska en traversant d'Est en Ouest les immensités canadiennes.

Pages Spéciales Ecoles ici :

Canada-Alaska : mise à jour le 25/09/2006 : Du 10 juillet au 13 septembre 2006.  La vidéo ICI (la vidéo de l'Alaska est dans la seconde partie)
1ère partie : Canada.

Fin juin, notre compagnon de route embarque à Fos/Mer à bord d'un cargo en direction de Montréal.

 

 

 

 

Pour le rentrer dans le container d'une hauteur de 2m28, Fabrice est obligé d'enlever les ressorts sous une chaleur caniculaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quinze jours plus tard, le 10 juillet,

 

 

Marcel, rencontré sur le site www.voyageforum.com , nous accueille à l'aéroport de Montréal et nous loge dans son appartement au cœur de la ville.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le parcours du combattant pour récupérer notre Land nous y attend.

 

Tout d'abord, nous essayons de l'assurer au Canada : impossible malgré les nombreux coups de fil et l'aide de l'automobile club canadien. Nous avons recours alors à une assurance hollandaise qui nous couvrira pendant trois mois au Canada et aux USA. Deuxième problème rencontré, le ministère de l'agriculture inspecte la voiture et décide de la nettoyer en raison de quelques traces de poussière dues à une averse avant le départ. Nous risquons fort de contaminer le territoire canadien ! Bref, une note salée, quelques 500 euros de plus que prévus. Un grand merci à Marcel qui nous logera gracieusement pendant une semaine et nous aidera dans les démarches administratives.

 

 

 

 

Nous profiterons des délais d'attente pour découvrir Montréal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Land chargé, nous nous dirigeons vers Québec où nous avons rendez-vous depuis un an avec des astronomes Iraniens. Nous retrouvons ainsi Majid dans son laboratoire de recherche à l'Université de Laval.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est temps de songer à amorcer la traversée Est Ouest du continent américain non sans avoir rendu au préalable une petite visite aux mythiques chutes de Niagara.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A une station service, en Ontario, John et Helen nous convient dans leur cottage au bord d'un petit lac.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous prendrons nos premières leçons de canoë.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux jours plus tard, c'est avec Lorne que nous partagerons une bonne soirée.

 

 

 

 

 

 

 

 

Il nous invite avec une famille autrichienne partie autour du monde à bord de leur Land 130.

 

 

 

Et oui, seconde leçon de canoë ... Les canadiens en sont très friands.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les bivouacs se succèdent dans les forêts ou au bord de petits lacs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivés à la province du Saskatchewan, le paysage change radicalement pour laisser place à des champs de blé à perte de vue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A partir d'Edmonton, nous nous évadons sur des pistes de 1000 km en direction des Territoires du Nord-Ouest. Nous croisons des camions transportant des chargements de tout gabarit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La province d'Alberta compte un nombre impressionnant de puits de pétrole : c'est la plus riche du Canada.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La présence de traces d'ours noirs dont les pattes ont la taille du pied de Vincent nous inquiètent lors de la recherche des Bivouacs. Certains viennent même nous rendre visite pendant la nuit … Nous apprendrons à vivre en leur compagnie en respectant certaines règles élémentaires de bon sens : ne pas laisser traîner de nourriture dehors et éloigner les poubelles.

 

 

 

En deux mois et demi en totale autonomie, nous ne ferons ainsi aucune rencontre désagréable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après 1500 km de pistes solitaires, nous intégrons l'Alaska Highway sillonnée par de multiples RV (Recreative Véhicule ou Camping-car) qui redescendent en raison de l'époque tardive.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous croisons des animaux sauvages peu impressionnés par la présence de l'homme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A un de nos arrêts pour admirer des chutes et des cascades nombreuses sur notre chemin, nous avons la désagréable surprise de constater que notre tente de douche a disparu : visiblement, elle aura fait des heureux mais nous manquera cruellement pendant deux mois avant qu'on nous en expédie une autre aux USA.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous choisissons d'opter pour la route du sud pour entrer en Alaska. Elle longe un magnifique lac aux eaux bleues turquoises sur fond de montagnes enneigées : ce sera la toile de notre premier bivouac idyllique mais frigorifiant. La douche est glaciale sans protection contre le vent fort et le repas vite expédié.

 

 

 

 

 

 

 

 

A partir de ce moment et cela pendant deux mois, nous aurons à déplorer une météo capricieuse où se mêlent pluie, vent, neige ou glace. Autant dire que notre vie au grand air sera des plus difficiles…

 

 

 

 

 

 

 

 

2ème partie : Alaska. La vidéo ICI

 

Les formalités douanières rapidement expédiées grâce à nos nouveaux passeports bio-métriques,

 

nous nous lançons sur la trace des anciens chercheurs d'or dans un paysage de marécages et de taïga.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une clairière dans une forêt accueille notre premier bivouac où nous allumons un bon feu de camp pour éloigner mouches noires et moustiques venus nous rendre visite par milliers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour éviter d'attirer les ours noirs nombreux à ces latitudes, nous rentrons toute nourriture à l'intérieur du Land pendant la nuit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les habitants mettent leur nourriture à l'abri dans d'étranges cabanes surélevées.

 

 

 

 

 

 

Notre première étape nous mène à Fairbanks, ville typiquement américaine avec ses avenues rectilignes et numérotées. Les provisions faites, nous décidons d'atteindre le point le plus septentrional de notre voyage situé sur l'Océan Glacial Arctique.

 

Pour nous y rendre, nous devons emprunter une piste de 700 km, la Dalton Highway. La pluie fait partie du voyage rendant la piste boueuse et notre Land ne tarde pas à se recouvrir par la même occasion d'une pellicule marron foncée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous faisons une petite halte photo au cercle polaire à la latitude 66° 33 ' Nord. Une affichette y signale l'attaque d'un loup sur une campeuse faisant son jogging un mois auparavant !

 

 

 

 

 

 

Nous atteignons Prospect Camp qui se targue d'être le coin le plus froid d'Alaska. En 1971, la température y est descendue à -62 °C !

 

 

A mi-parcours, nous nous arrêtons à Coldfoot ainsi appelée par les chercheurs d'or qui affluèrent en 1900 et qui avaient froid aux pieds.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est aussi notre dernier point de ravitaillement en carburant. Nous en profitons pour admirer le saloon le plus septentrional d'Amérique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bientôt, la toundra aux couleurs d'automne remplace la taïga

 

 

 

 

 

 

 

et nous franchissons le col de la chaîne de Brooks à 1463 m d'altitude. A notre grande surprise et pour la joie des enfants, il se met à neiger au mois d'août.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La piste devient alors glissante mais les camions de 70 tonnes et tirant jusqu'à deux remorques ne ralentissent pas pour autant.

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans ces conditions, la recherche du bivouac s'avère difficile la nuit tombée. Nous posons enfin notre camp au bord d'un cours d'eau gelé tout comme notre tente de toit dans laquelle le thermomètre affichait - 1 °C ! Des stalactites de glace se sont formées au plafond.

 

 

 

 

 

 

Au matin, la toundra s'est recouverte d'une couche de neige et le ciel s'est dégagé.

 

 

De nombreux animaux, caribous,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

souslik de Parry,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

perdrix des neiges,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

moutons de Dall à grandes cornes croisent notre chemin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques heures plus tard, l'Océan Glacial Arctique est en vue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La ville de Deadhorse est en fait une station de pompage de pétrole et ne nous donne aucune envie de nous y attarder.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le chemin du retour, nous surprenons un grizzly cherchant sa nourriture sous la neige. Il nous jette un simple regard et continue sa quête, faisant fi de notre présence.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après cette virée glaciale, il est temps de se réchauffer auprès d'une des nombreuses sources d'eaux chaudes présentes en Alaska.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chauffage nous faisant cruellement défaut, nous nous dirigeons vers Anchorage. Sur la première partie du parcours, nous longeons le parc Denali où culmine le plus haut sommet des Etats-Unis, le Mont Mac Kinley à 6194 m d'altitude.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les pistes détrempées par les récentes pluies donnent un aspect sympathique et baroudeur à notre Land mais ne convient pas à son usage en bivouac.

 

 

 

 

 

 

 

Nous repérons alors une rivière pour un grand nettoyage. Le cours d'eau est gonflé par les intempéries et sort de son lit par endroits. Fabrice s'approche de la berge muni d'une cuvette à la main et sent tout à coup le sol se dérober sous ses pieds sur plus d'un mètre. Il manque de se noyer et se retrouve couvert de boue et transi de froid. L'émotion passée, nous décidons de reporter ultérieurement le lavage.

 

Le lendemain, nous empruntons une piste entourée de montagnes enneigées. Nous croisons de nombreux chemins réservés uniquement aux véhicules 4X4 possédant une grande garde au sol et aux quads. Nous ne résistons pas longtemps à la tentation et nous nous enfonçons en direction d'un glacier. Il nous conduit à un petit lac à la teinte bleue turquoise : une belle récompense !

 

 

 

 

 

Notre route est jalonnée de nombreux glaciers et de lacs.

 

 

Tout à coup, nous surprenons sur le bord de la chaussée un ours noir en train de se régaler de baies. Nous pouvons le photographier à loisir, notre présence ne le dérangeant guère mais il préfére s'enfoncer dans la forêt quand un autre véhicule passe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paul Harrisson dont nous avions eu les coordonnées à Fairbanks trouve enfin la panne du chauffage : la bougie de préchauffage est grillée. La pièce n'étant pas disponible en Alaska, il faut la commander au Canada. Nous avons donc une semaine supplémentaire pour visiter le sud.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous longeons le Golfe du Capitaine Cook sur la rive de l'Océan Pacifique pour nous rendre à Seward sur la Péninsule du Kénaï. Abordant une zone touristique, nous nous retrouvons à circuler au milieu des camping-cars locaux surnommés RV (recreative vehicule). Notre land semble minuscule face à ses bus aménagés à double essieux arrières tractant un bateau ou un imposant 4X4 ou ces énormes caravanes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous y rencontrons Jeff un passionné de Land. Il possède une Serie III pompier provenant d'Autriche. Il la prépare pour effectuer un périple en Amérique du Sud avec Connie, son épouse elle aussi autrichienne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un glacier en vue, nous décidons de nous y rendre lors d'une excursion à pied pour pouvoir le toucher.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le glacier Exit mesure 5 km de long et n'est que la partie visible d'un immense glacier nommé Columbia de superficie 1000 km2 !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour boucler notre tour de l'Alaska, nous avons programmé de rejoindre la péninsule de Valdez et ainsi arriver au terminus du pipeline dont nous avions suivi la trace au nord de l'état.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au retour, nous passons dans une étroite gorge où s'écoulent d'impressionnantes cascades provenant des glaciers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au pique-nique, les enfants jouant dans la rivière localisent de superbes saumons. Florence, aussitôt, en attrape 6 à la main !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une nuit étoilée, nous remarquons des sortes de faisceaux laser .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Peu après, le ballet des aurores boréales commence

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et le ciel se zèbre de couleurs vertes pendant deux heures.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'automne étant maintenant bien installé, le paysage prend des couleurs féeriques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La semaine écoulée, nous rejoignons Anchorage et en profitons pour visiter son zoo un peu particulier. Les animaux blessés ou orphelins sont recueillis, soignés et éventuellement relâchés dans la nature après rééducation.

 

 

 

 

 

 

 

 

Leurs bulletins figurent régulièrement à la télévision locale et ce sont de véritables vedettes. Nous avons pu ainsi admirer des ours polaires et des lynx difficiles à observer en pleine nature.

 

 

 

 

 

 

 

Après cet intermède, nous récupérons notre chauffage qui ne veut toujours pas démarrer en raison de l'électronique défaillante. Il faut se rendre à l'évidence : le voyage devra se dérouler sans source de chaleur, ni eau chaude. Nous empruntons le chemin du retour vers le Canada.

 

 

Une petite halte à Chiken, ville de chercheurs d'or, nous fait admirer les gigantesques dragues employées au début du siècle pour ce commerce florissant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fin du parcours s'effectue sur la route " Top of the World " ainsi nommée car elle suit le chemin des crêtes. Un petit tampon sur les passeports et nous disons au revoir à ce pays aux immensités encore sauvages.

 

 

 

 

 

 

 

 

3ème partie : Canada fin.

 

Nous installons dans la banlieue de Dawson City notre bivouac pour la nuit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au coin du feu de camp, la nuit tombée, nous retrouvons ces étranges lueurs qui nous annoncent l'imminence des aurores boréales. Celles-ci embraseront le ciel étoilé en l'absence de tout nuage pendant deux heures : un vrai régal pour les yeux !

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons rendez-vous avec Gérard, un français installé sur la Dempster Highway depuis une vingtaine d'années. Il nous invite dans sa cabane en rondin installée au coeur de la forêt et uniquement accessible à pied ou en 4X4. Pour partager son amour des grand espaces sauvages et de la faune, il a construit un lodge pour recevoir des hôtes venus du monde entier ( www.bensencreek.com ). Nous passons une très bonne soirée en sa compagnie et apprécierons à sa juste valeur le confort d'une nuit sèche au chaud.

 

 

Plus au sud, nous nous offrons le plaisir d'un bain dans les sources d'eaux chaudes de la Liard River. Avant de rejoindre les Etats Unis, nous rendons une petite visite au célèbre parc de Banff.