Les QUATREVIEUX

Voyages en 4x4 et Astronomie

Albanie 2011 :

 

  Accueil 


Albanie: mise à jour le 21 avril 2012 :  

 

Les Balkans 2 ème partie : l'Albanie.

 

Après ces quelques jours de repos, nous sommes prêts à affronter de nouvelles aventures albanaises. Plusieurs kilomètres et plusieurs heures d’attente nous sont nécessaires pour atteindre la douane. L’ambiance est orientale ! Les gens sortent des voitures et oublient d’avancer : ça crie, ça rit, ça hurle, ça s’interpelle dans un joyeux désordre : bienvenus en Albanie ! Notre destination de la journée est le parc de Theth. Le programme semble facile à première vue sauf que les panneaux indicateurs sont pratiquement inexistants, la route en construction et surtout la conduite anarchique. Fabrice n’arrive pas à apprendre leur code de « bonne » conduite ! Un petit véhicule peut faire une queue de poisson à un gros camion de plusieurs tonnes. Une carriole tirée par des chevaux peut rouler au milieu de la chaussée et les innombrables deux roues surchargés zigzaguent en tous sens. Fabrice est crispé sur le volant pendant que nous respectons un silence religieux : vivement la piste ! Une petite route indique le parc. Nous l’empruntons, soulagés. 

 

 

Des maisons originales bordent la route .  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La végétation méditerranéenne cède la place aux conifères. L’après-midi est avancé et c’est sans trop de difficulté que nous dénichons un coin de bivouac en surplomb de la vallée. Bon repaset feu de bois rythment cette soirée agréable .  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Une bergère en tenue traditionnelle nous fera même un signe amical de la main.

 

 

Le lendemain, un soleil resplendissant nous réveille. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

Ecole de campagne colorée, 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cochons en liberté sur la route,  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

petites maisons de montagne. Tout nous incite à apprécier ce petit coin de paradis. Tout à coup, le goudron cède la place à la terre. Le Land est dans son élément ainsi que ses occupants. Quelques belles épingles à cheveux nous amènent dans un paysage alpin au village de Theth.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Tout à coup, des enfants entourent notre voiture. Ils parlent tous en même temps voulant nous faire découvrir leur région. Nous franchissons le torrent et nous laissons séduire par un jeune garçon de onze ans parlant parfaitement l’anglais. 

 


  

 

 

 

  

 

Nous allons manger chez lui les produits de la région. Il nous montre un vieil Unimog et nous explique que la boîte de transfert est cassée.  

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous installons sur une table en bois dans le jardin. Les montagnes nous entourent, majestueuses, le torrent au bleu glacial dévale la pente dans un doux clapotis, les mirabelles font ployer les branches sur la verte prairie, la maison de pierre centenaire apporte une touche de sérénité au lieu. Le repas est champêtre, fin et délicieux. 

 

 

 

 

 

 

Nous voilà requinqués. Nous surprenons quelques scènes de vie séculaire : une femme transporte une hotte sur son dos, 

 

 

 

 

 

 

 

  

l’église se dresse fièrement, 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

des hommes s’activent dans les champs. 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

L’altitude annonciatrice de froid nocturne nous décide à quitter ces lieux enchanteurs. La piste du retour est mauvaise. Nous nous y engageons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous frôlons des parois abruptes. Une cascade déverse après quelques ricochets son trop plein dans le torrent. Fabrice est concentré, certains passages demandant toute son attention. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des ponts suspendus,  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

des cimetières aux tombes fleuries, 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

d’étranges tours ponctuent notre avancée dans la montagne. Nous apprenons que ces tours séculaires étaient censées protéger les personnes victimes de vendetta. Elles ont été reconverties en transformateurs électriques. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout à coup, au détour d’un virage, un restaurant en ruine retient notre attention. Pourquoi ne pas y bivouaquer ? Nous partons aussitôt à la recherche de bois car la nuit promet d’être froide. Nous remarquons cependant quelques traces de présence humaine. Un berger a dû dormir sur une couche faite d’herbe séchée. Aussitôt, le bivouac installé, deux individus patibulaires font irruption. Ils surveillent un troupeau de vaches. L’un monté sur un cheval regarde notre Land avec convoitise. Il en fait le tour, détaille son équipement, téléphone. Fabrice et moi échangeons un bref regard. Notre sécurité n’est plus garantie. Nous devons lever le camp.  

 

 

Le soleil se couche, la nuit promet d’être longue. La piste ne s’améliore pas. Le brouillard se met de la partie. Nous sommes seuls jusqu’à ce qu’un camion rempli d’énormes troncs d’arbre nous barre le chemin. Impossible de le doubler. Nous restons à une moyenne de 3 km/h d’après le GPS. Heureusement, le chauffeur a pitié de nous et se range tant bien que mal sur le bas-côté pour nous laisser passer. Nous sommes coincés depuis le début entre le ravin et la montagne. Nous désespérons de trouver une solution convenable quand un dégagement plat en surplomb de la piste nous tend les bras. 

 

C’est un champ de menthe. Nous pouvons enfin nous coucher, sereins.

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

  

  

 

 

 

 

  

 

 

Le lendemain, le canyon aux eaux bleues turquoises 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

nous conduit au pont ottoman de Mes où nous retrouvons la civilisation. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

Notre prochaine étape est le lac de Koman où nous projetons une belle croisière de deux ou trois heures.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut se lever tôt pour obtenir une place sur le ferry mais le jeu en vaut la chandelle. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

  

 

 

 

Ce barrage artificiel a modelé un magnifique paysage constitué de falaises abruptes se jetant dans les eaux d’un bleu profond. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

Chaque nouveau virage nous apporte son lot de merveilles. Nous avons l’impression d’être revenus dans les fjords norvégiens. Les montagnes boisées, les maisons isolées, les pêcheurs sur leur frêles embarcations ponctuent notre croisière.

 

 

 

 

 

 

  

 

 

La vallée de Valbona, célèbre dans la région ne nous laisse pas un souvenir impérissable. Le site est cependant remarquable

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est dommage que les voies aient été récemment élargies pour permettre le passage des camions sans respect pour l’environnement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

Le guide papier nous promet le dépaysement et de belles pistes réservées aux 4x4 dans le parc de Lura. L’atteindre est pour le moins délicat. Rien n’est indiqué. 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

Nous nous enfonçons dans la campagne sur des pistes sans certitude. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un vieil homme volubile nous explique dans sa langue comment trouver notre chemin : mais que raconte-t-il ? Il nous serre la main chaleureusement. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes sur la voie des anciennes mines depuis longtemps désertées : seul un panneau honore la mémoire de ces travailleurs de fond  ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après plusieurs heures, nous arrivons à un croisement où le parc est enfin indiqué. Nous commençons l’ascension du col sur une piste en très mauvais état, transformée en rivière en raison des récentes pluies. Un terre-plein nous offre un magnifique coin de bivouac à 1700 m d’altitude. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le feu de camp sera encore de rigueur ce soir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons de la chance. La météo est avec nous. La piste ne s’arrange pas. Fabrice roule au pas. Il doit fréquemment se déporter pour éviter les profondes ornières. Un premier lac est indiqué. C’est l’occasion de se dégourdir les jambes et de manger des fraises des bois et des framboises. 

 

  

 

 

 

 

 

 

Aussitôt, Vincent déniche de minuscules grenouilles noires. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De jolies fleurs roses aux longues tiges font une haie d’honneur au Land. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En contrebas, les lacs étalent leurs eaux bleutées au milieu des sapins d’altitude.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le paysage est grandiose mais la piste se dégrade. Nous descendons du Land, cherchons les meilleurs passages, sondons la profondeur des ornières boueuses. Fabrice s’engage au pas dans plus de 60 cm d’eau, évite les pierres. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais rien n’y fait. Le chemin se transforme en piste de débardage. Certainement aurions-nous tenté la totalité avec un bon treuil ! Mais la perspective de se retrouver embourbés tous seuls ne nous enchante pas un seul instant ! Nous rebroussons chemin. Une question nous taraude : pourquoi les autrichiens que nous venons de croiser ne nous ont-ils pas dit que le passage était infranchissable ? Leurs traces de roue et l’état impeccable de leurs véhicules prouvent clairement qu’ils ont fait demi-tour dès les premières boues !

 

 

 

 

Le soir tombe. Nous roulons sur une voie rapide. Nous désespérons de trouver un coin où se poser. Un camping nous tend les bras. Nous nous y rendons. Le parking est sommaire mais nous bénéficions du confort de l’hôtel pour les douches et luxe suprême de la piscine. Un 4x4 avec cellule nous rejoint peu après. Coïncidence, Fabrice fréquente le même forum de voyageurs que son conducteur : Casa trotter. Nous passons un agréable moment à parler voyages.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

La lagune de Karavasta, connue pour sa réserve ornithologique nous accueille le temps d’une nuit bien mouvementée. Le matin, les gardes surpris par notre présence, nous demande si nous n’avons pas eu de problèmes : le coin est réputé pour ses trafics en tous genres !

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre descente s’effectue par la côte. Certaines plages sont particulièrement sales. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les bunkers gâchent leur beauté sauvage tout comme le reste du pays. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Heureusement, il semblerait qu’une grande opération de nettoyage des restes de la dictature soit en cours.

 

 

 

  

 

 

 

 

 

Nous traversons la riviera albanaise où les routes à flanc de montagne font cruellement souffrir les freins du Land. 

 

Apollonia semble un site archéologique remarquable. Non seulement, les mariés utilisent le lieu pour amasser de beaux souvenirs 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mais les archéologues viennent de faire une découverte : un squelette sous une parcelle de mosaïques !

 

 

 

 

 

 

 

 

La forteresse de Petrela accrochée à un rocher,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le monastère d’Ardenica,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le site de Butrint clôturent notre voyage en Albanie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une barge à câble nous conduit de l’autre côté vers la Grèce, notre prochaine destination.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Formalités :

-         Passeport en cours de validité.

-         Carte verte du véhicule.

-         Aucune contribution ni à l’entrée ni la sortie ne nous a été demandée.

-         Carte au 1/220 000 disponible, peu précise.

-         Ferry au départ d’Italie à destination de Durres.

-         Guide papier Petit futé.

-         La monnaie : le Lek.  1 € = 138 ALL

 

Informations générales :

-         Capitale : Tirana.

-         Moins de 4 millions d’habitants.

-         Religions : musulmane, orthodoxe, catholique. Beaucoup de tolérance…

-         Point culminant : le Mont korab à 2751 m.

-         Age moyen : 28 ans.

-         Pas de décalage horaire.